Amour impossible

aussi furtif que tabou, c’était notre secret,

Tu te souviens ?  La première fois c’était au bord de la rivière,

Je ne m’imaginais pas aimer une femme de l’autre côté de la frontière ;

Villages rivaux, histoires fatales, on se lançait dans l’interdit

Tous deux descendants de tribus à jamais en conflit.

Tu étais juste venue remplir ta calebasse d’eau,

Et de l’autre côté je m’attelais j’abreuvais mon troupeau.

On dit que l’œil n’a pas de frein,

Et quand nos regards se sont croisés c’était la descente aux enfers… le déclin !

Voilà qu’on enfantait un amour inespéré,

Aussi furtif que tabou, c’était notre secret,

On  vivait l’instant le matin aux aurores,

On s’est fait la promesse qu’on s’aimerait jusqu’à la mort

Le rendez-vous était pris près de la rivière

On se servait du pâturage comme d’un bouclier contre le réel.

L’histoire perdura jusqu’au jour où quelqu’un s’en aperçu

Le comble ! Pour la première fois nos villages trouvaient un consensus.

Notre amour perçu comme une trahison,

Nous fûmes donc, comme des traitres, condamnés à la mort par pendaison

Rappelle toi ce qu’on s’est promis au bord de la rivière

Je t’aime! Cette phrase, pour nous, sera la dernière.

11 commentaires sur « Amour impossible »

  1. Belle initiative….. Il manque juste le cadre spatio temporel .sur la photo on a pourtant l’exemple le plus factuel …….PS : bravo tout de même

    J'aime

  2. Je trouve très distrait le poème. Un poème libre de toutes les règles j’aime. Mais je pense que l’homme s’est arrêté à l’émotion et à lui qu’en. Est de nous les lecteurs qui cherchent du réconfort…

    J'aime

  3. Je tiens d’abord à féliciter le talent du jeune artiste.Vraiment bravo.Toutefois le poème nous laisse un peu sur notre fin. Es ce a dire que l’amour peut être détruit par pendaison?Quel est véritablement le message?

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire et encouragements.
      Je parle juste d’un drame actuel. Le message c’est le problème que pose le multiculturalisme. Oui l’amour peut être détruit de plusieurs façon, notamment par la xénophobie dont parle un peu ce texte.

      J'aime

  4. « Aussi furtif que tabou, c’etait notre secret… » le fait de le décrier ne le classe plus au rang de secret. Jaime par ce que bocoup vivent ce drame, chacun a son façon.

    J'aime

  5. Bravo et beaucoup de courage !
    Surtout n’hésite pas à apprendre de ceux qui t’ont précédé dans l’écriture …t’as déjà une bonne avance .

    J'aime

  6. ouf j’adore
    perso ça m’a rappelé mon premier amour, on s’écrivait des poèmes et des rimes, mmm l’amouur
    bon Critiques🙂 la virgule a la fin du titre je comprends pas, au milieu ça va mais à la fin d’un titre il ne rien avoir; le “on dit que l’œil n’a pas de frein” hm cette phrase a sali ton texte, la formulation on dit est nulle, si tu voulais absolument utiliser cette expression, fallait la formuler différemment, ou la dire tout simplement sans le on dit, faut même supprimer cette formulation de tes textes stp. hmm la fin j’ai adoré mais le texte était super bref, je voulais vraiment te lire sur ce texte, c’était si savoureux au départ et puis sans transition tu les tues bref, je suis restée sur ma faim

    J'aime

  7. Bravo mon tonton j’apprécie l’histoire, mais pour la prochaine fois(si c’est encore une poésie) essaie d’etre plus expressif de manière à frapper davantage tes lecteurs que nous sommes.
    Pour un début c’est pas mal parce que la poésie est la forme d’expression la plus complexe de par ses exigences!!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s